Cigarette électronique

Les vapoteurs doivent savoir que les e-cigarettes étant des appareils électroniques, leur durée de vie est limitée dans le temps et ils sont parfois sujets à des dysfonctionnements. Les différents éléments qui les composent, comme les batteries et les atomiseurs, peuvent se détériorer et nuire considérablement à l’expérience du vapotage. Les signes indicateurs de cette défectuosité doivent immédiatement alerter. La personne doit agir en conséquence, à commencer par nettoyer son appareil. Cependant, cette initiative requiert parfois le démontage de la cigarette électronique, une action que tout le monde ne maîtrise pas forcément bien qu’elle ne soit pas trop compliquée. Le remplacement de certains éléments est également à prévoir, notamment le changement de la résistance qui est la pièce la plus sollicitée. L’anticipation est le meilleur allié pour pouvoir toujours jouir de ses cigarettes électroniques, à cet effet, le vapoteur doit connaître les signes avant-coureurs.

1. Des toussotements quand vous utilisez votre e-cigarette

L’usure de la vapoteuse entraîne souvent des désagréments lors de l’expérience du vapotage. Les toussotements au moment du vapotage, ou après l’inhalation font partie des sensations pénibles ressenties par la personne. Cette réaction peut être due à une surproduction de vapeur causée par un problème de résistance ou de réglage non adapté de l’appareil. Dans le premier cas, le remplacement de la pièce défaillante est nécessaire. Sinon, l’ajustement de la puissance en fonction du type d’atomiseur permet de pallier ce souci, à condition que le matériel ne dispose pas d’une résistance sub ohm.

2. Un goût de brûlé

La durée de vie de la résistance dépend en grande partie du type, de la méthode de vapotage et de la fréquence d’utilisation, bien qu’elle soit déjà définie à l’avance lors de sa production. Néanmoins, des actions permettant de préserver cet élément existent, comme l’imbibition du coton avec quelques gouttes d’e-liquide dès l’acquisition de l’appareil. Cette initiative amorce d’ores et déjà l’utilisation du matériel et contribue à la préservation de sa durée de vie. Le vapoteur peut ressentir un arrière-goût de brûlé lorsque la résistance commence à défaillir. Cette sensation est d’autant plus intense, au fur et à mesure que l’appareil se chauffe. Parfois, elle s’accompagne de fuites ou de remontées d’e-liquide. Ces faits indiquent que la résistance est hors-service et qu’il est temps de la remplacer. Toutefois, ces signes peuvent également être la conséquence d’une incompatibilité au niveau du type d’e-liquide utilisé, de la batterie intégrée et du clearomizer. La meilleure option est alors de demander des conseils auprès d’un spécialiste pour une bonne prise en charge.

3. Des glougloutements

Au fur et à mesure de leur utilisation, le clearomizer et la cheminée centrale semblent se détacher un peu, mais cet écart n’est nullement perceptible. Cet espace crée une sorte de glougloutement au niveau du clearomizer. Ce bruit d’écoulement de liquide est le signe d’un problème au niveau de la résistance qui risque de ne plus fonctionner. Dans certains cas, le glougloutement signifie le noyage de la résistance dans le liquide de la cigarette électronique.

4. Clignotement de la batterie et charge impossible

La batterie étant une sorte d’accu, sa perte d’autonomie au fil de son utilisation est normale. Toutefois, son clignotement n’est pas très bon signe puisque ce mouvement intermittent doit alerter sur l’usure du chargeur ou de la batterie proprement dite.
En branchant le chargeur sur une prise secteur, il arrive que la batterie n’obtienne aucune charge. Ce phénomène se manifeste à cause de :

  • la vieillesse ou la défectuosité de la batterie ;
  • la panne du plug ;
  • la défectuosité du chargeur USD ou secteur.

5. Un écoulement

L’écoulement au niveau de la vapoteuse peut être le signe avant-coureur de divers problèmes mais le plus important est la surchauffe de la résistance. Cette tendance à la consumation est le résultat de l’utilisation d’un produit non convenable. Les débutants dans le vapotage ont tendance à tâter le terrain en inhalant des liquides dont le dosage est plutôt faible. Or ce type de produits nécessite une résistance dont la puissance est bien adaptée à sa chauffe sinon l’appareil risque de surchauffer. Dans l’idéal, le taux de PG/VG (propylène glycol/glycérine végétale) dans le liquide doit être de 50/50. Un tel produit n’est ni trop fluide ni trop visqueux, il est tout simplement bien à point pour maintenir le bon fonctionnement de l’appareil. Le vapoteur a le choix entre changer de liquide ou de remplacer la résistance pour avoir le wattage requis.

Les vapoteurs avérés qui ont de l’expérience dans cette pratique depuis des années n’hésitent pas à opter pour un atomiseur reconstructible. Cet élément n’a rien à voir avec les consommables classiques puisqu’il leur permet de concevoir eux-mêmes les résistances de rechange en cas de dysfonctionnement de la pièce déjà en place. De ce fait, le vapoteur n’appréhende pas forcément le problème de résistance. Dès qu’un souci se présente, il passe immédiatement à la conception et au remplacement.