Cigarette électronique

Emporter ses effets personnels et ses accessoires est normal, voire indispensable pour un voyageur. La cigarette électronique fait partie du nécessaire dont les vapoteurs ont besoin au quotidien, alors que l’usage de l’e-cigarette n’est pas libre dans tous les pays. Les réglementations concernant le vapotage varient d’un État à un autre, raison pour laquelle les consommateurs doivent savoir si leur péché mignon est autorisé ou non, dans le pays de leur destination.

Conseils pour voyager en voiture avec sa cigarette électronique

Les personnes qui voyagent en voiture, notamment celles qui restent dans l’Hexagone, n’ont aucun problème pour se munir de leur e-cigarette. Toutefois, une attention particulière doit être portée à l’e-liquide qui est à mettre à l’abri du soleil. Une trop forte chaleur nuit aux liquides qui en sont exposés puisque ces derniers deviennent dangereux pour la santé. Au même titre que la cigarette classique, vapoter en conduisant est formellement interdit par la loi. Les textes qui régissent cette restriction sont stipulés dans le code de la route, précisément à l’article R412-6 : tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent.

Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l’apposition d’objets non transparents sur les vitres. La vapeur dégagée dérange la conduite, pareillement pour la tenue de l’e-cigarette qui empêche les mains d’être libres pour le volant et la vitesse.

Recommandations pour transporter son e-cigarette en avion

Vapoter est formellement interdit en avion, en revanche, les voyageurs peuvent transporter leur cigarette électronique et les liquides avec eux dans le respect de certaines conditions. A priori, la vérification de l’autorisation du vapotage dans le pays de destination est la première mesure à prendre puisque en cas d’interdiction bien confirmée, envisager leur transport n’est même pas nécessaire.

Le transport des e-liquides

Les recommandations qui suivent sont à observer scrupuleusement lors du transport des liquides en avion puisqu’un appareil en vol subit des dépressurisations et des pressurisations qui vont liquéfier ces produits. Dans l’idéal, les flacons vides sont préférables, pareillement pour les atomiseurs. Ces accessoires sont à envelopper dans un tissu absorbant avant d’être enfermés dans une boîte hermétique. L’ensemble est à mettre dans le bagage ou dans la valise. Mais si le voyageur désire vraiment emporter des contenants remplis, le volume de chaque fiole ne doit pas dépasser les 100 ml. L’intéressé doit veiller à ce qu’il n’y ait aucune fuite, de ce fait, les petits flacons sont à conserver dans un sac en plastique ne dépassant pas les 20 cm².

Ces sachets doivent être transparents, et le total du volume des produits mis à l’intérieur ne doit pas aller au-delà de 1 litre. L’usager doit savoir que la réglementation sur l’e-liquide est aussi celle qui régit les cosmétiques. Ainsi, tous les produits de beauté comme le shampooing et le parfum sont comptabilisés avec ce liquide pour l’e-cigarette.

Le transport des accus

La meilleure façon de transporter les accumulateurs en avion est de les détacher, puis de les rassembler dans des pochettes ou des étuis de protection. Ces accus sont à ranger dans la valise placée en cabine, les mettre dans les bagages en soute est interdit à cause des chocs qui peuvent y avoir dans cet endroit. En aucun cas, ils ne peuvent être ni rechargés ni manipulés.

Le transport des outils

Certains vapoteurs utilisent des modèles reconstructibles qui ont besoin de certains outils pour le démontage et l’assemblage. Ces matériels peuvent être des tournevis et des pinces, ils doivent être fermés dans une boîte placée dans les bagages en soute.

Conseils pour voyager avec son e-cigarette en transport en commun

Les vapoteurs qui voyagent en train, en bus ou en bateau ont le droit d’emmener leur cigarette électronique avec eux, notamment lorsqu’ils restent sur le territoire national. Néanmoins, le mieux est de toujours se renseigner auprès des responsables pour s’assurer que l’enseigne qui prodigue le service n’a aucun inconvénient à ce que les passagers emportent ces produits avec eux. Quant au vapotage proprement dit dans ces moyens de locomotion, la loi s’avère être très stricte et interdit cet acte. En effet, ces transports étant des lieux publics, leur intérieur est soumis à des réglementations, au même titre que pour la cigarette classique.

Particulièrement pour les bateaux de plaisance, ces gros paquebots disposent d’un espace dédié aux fumeurs, tout comme aux personnes qui vapotent. Ces dernières n’ont qu’à s’installer dans ces pièces pour pouvoir profiter de leur voyage en se délectant des arômes des e-liquides pour ne rien rater des moments agréables.