Il y a des choses que l’on supporte. On vous les explique comme “c’est comme ça” et on les accepte sans résistance. Si vous êtes un peu plus critique, vous commencez à remettre en question ces faits. Si toutes les sources donnent la même réponse encore et encore, vous commencez, généralement, à classer cela comme “authentique”. Un exemple pour “information authentique” serait le document “Cigarettes électriques, un aperçu” où l’on peut lire à la page 8 : “de très grandes quantités de nicotine sont toxiques : environ 50 milligrammes de nicotine sont mortels en cas d’ingestion, pour les jeunes enfants, même six milligrammes sont mortels”.

Cette quantité mortelle peut être trouvée presque partout : dans les publications scientifiques, les communiqués de presse, les sites web des organisations de santé, les discours des politiciens. La quantité peut varier entre 40 et 60mg, mais au final tout le monde est d’accord : environ 50mg est mortel pour un être humain adulte. Et si quelqu’un regarde de plus près les sources et ne se laisse pas dissuader par un simple “est ainsi”, mais va de plus en plus loin.

D’une source à la source

Remarquez qu’à la source il n’y a encore qu’une source. Et encore une fois il n’y a qu’une source. Où finit-on ? Le titre de ce blog est “Entre et derrière les lignes”. Mais ici, il ne correspond pas tout à fait. Ici, il doit plutôt dire : dans le document récemment publié “Combien de nicotine tue un humain ? Retraçant la dose létale, généralement, admise jusqu’à des expériences personnelles douteuses au XIXe siècle”, le professeur Mayer de l’université Karl-Franzens de Graz s’est penché sur cette question et a trouvé la réponse, lorsque le “Manuel des intoxications” a été publié par le célèbre pharmacologue et pionnier de la toxicologie, le Dr Rudolf Kobert. Dans ce manuel, il est dit : “à partir de la nicotine pure, la dose létale est également difficile à déterminer, car elle se décompose facilement dans l’air et d’autre part est, généralement, plus ou moins aqueuse ; mais après les mauvaises coïncidences [sic !], qui dans plusieurs expériences ont déjà produit 0,002-0,004 g, elle n’est certainement pas supérieure à 0,06 g.

” Le professeur Dr Mayer explique que c’est sans doute la source originale pour l’indication actuelle de la “dose létale” pour la nicotine. Mais ce n’est pas tout ! Les informations fournies par le Dr Kobert se réfèrent aux expériences personnelles décrites par le médecin et pharmacologue autrichien Dr Karl Damian von Schroff. L’erreur du Dr Kobert est d’avoir mentionné un certain Dr Reil dans son livre, mais d’avoir ignoré les résultats de ses recherches. Mayer : “presque toutes les publications scientifiques, les communiqués de presse, les sites web des organisations de santé, les discours des politiciens, font référence à une hypothèse erronée concernant la dose létale de nicotine, qui à son tour est basée sur des expériences personnelles inexactes et ignore les résultats plus récents.

Si l’on compare les auto-expériences de cette époque avec les cas bien documentés d’empoisonnement à la nicotine de ces dernières années, il apparaît que la dose létale de nicotine ingérée par voie orale n’est pas de 60 milligrammes, mais plutôt entre 0 et 60 milligrammes. 5 à 1 gramme, soit au moins 8 à 16 fois plus que ce que l’on pensait auparavant.

Cela signifie-t-il que la nicotine n’est pas toxique ?

Non ! Il ne fait aucun doute que la nicotine à fortes doses est toxique et peut être mortelle, mais les informations données jusqu’à présent sur les “liquides mortels” sont excessives. Par exemple, un “18 liquide” commercial a une teneur en nicotine de 18 milligrammes par 1 millilitre. Si nous supposons, maintenant, une bouteille de 10 ml, il y a un total de 180 milligrammes dans cette bouteille ou l’équivalent de 0,18 grammes de nicotine et donc moins de nicotine que celle présente dans un paquet de cigarettes (le tabac d’une cigarette contient jusqu’à 14mg de nicotine, un paquet de 20 cigarettes contient donc jusqu’à 280mg de nicotine).

Bien sûr, les liquides pour les e-cigarettes ne sont pas encore quelque chose qui appartient aux mains des enfants ou quelque chose dans lequel vous devriez prendre un bain complet ou boire. Tout comme les produits d’entretien ménager, les parfums, les cosmétiques divers ou l’alcool à haute teneur en alcool, la nicotine est hors de portée des enfants ! Mais tuer, l’adulte moyen ne peut pas se suicider avec, comme le montre par exemple un cas observé de tentative de suicide avec 1500mg de nicotine.