Vous connaissez le problème ?

Votre liquide préféré semble avoir perdu son goût d’origine ?

Bien que les fumeurs, en particulier les nouveaux arrivants et ceux qui passent du tabagisme, signalent de plus en plus souvent ce phénomène, même les bateaux à vapeur “expérimentés” peuvent le rencontrer à un moment donné.

De quoi ce phénomène résulte-t-il, quels sont ses effets et comment peut-on le résoudre ?

Directement aux causes possibles.

Qu’est-ce exactement qu’une langue à vapeur ?

Tout d’abord, il faut dire que ce n’est généralement pas une maladie.

Le liquide, que l’on aime beaucoup cuire à la vapeur, a soudain perdu son goût ou n’a tout simplement plus le goût aussi intense qu’on le croyait.

Cela peut non seulement être lié au fait que les papilles gustatives se sont habituées à ce liquide particulier, mais peut avoir de nombreuses raisons.

Bien que cette expérience soit appelée “langue de vapeur”, la langue n’est pas le véritable problème.

Comment fonctionne le sens du goût ?

Les récepteurs fins de notre langue peuvent identifier cinq goûts de base différents : Amer, salé, sucré, aigre et umami (causé par l’acide glutamique).

Cependant, on ne peut pas se fier uniquement à la langue pour goûter.

Bien que la langue avec ses récepteurs joue également un certain rôle dans la dégustation, l’odorat a une influence bien plus grande.

Cela se voit déjà dans le fait que lorsqu’on est enrhumé par un rhume, tout semble soudain avoir un goût fade.

Les scientifiques pensent que les signaux olfactifs ont une influence sur les impressions sensorielles lors de la consommation.

Jusqu’à présent, il n’a pas été possible de faire une distinction aussi claire entre l’odorat et le goût.

Néanmoins, il existe des rapports sur ce que l’on appelle les “classes olfactives” basées sur des expériences psychophysiques.

Les odeurs primaires suivantes peuvent être classées : éthérée, camphrée, musquée, fleurie, mentholée, piquante, putride et transpirante.

Causes possibles d’une langue à vapeur

Veuillez noter qu’il ne s’agit pas d’une recommandation scientifique.

En cas de problèmes ou de plaintes aiguës, veuillez consulter un médecin.

Le même liquide est resté trop longtemps à la vapeur

C’est la même chose avec la nourriture : Si vous mangez beaucoup de nourriture sucrée ou chaud, tout ce qui est moins sucré ou chaud a un goût moins intense.

Autre exemple : Bien que les enfants aiment manger de la pizza, il arrive qu’ils en aient marre à un moment donné.

Notre corps sait comment se défendre contre le fait que nous mangeons trop de nourriture à sens unique.

C’est ce qu’on appelle la “saturation sensorielle spécifique”.

Quel que soit le goût du liquide, le phénomène de “courant d’air fumant” peut se produire après seulement quelques remplissages avec le même liquide.

Cela signifie : être variable et changer les saveurs.

Passer du tabagisme à la cigarette électronique

Il est bien connu que le fait de fumer entraîne une forte diminution du sens du goût et de l’odorat.

Un liquide intensif peut avoir un goût sensiblement différent peu de temps après le changement de régime qu’après la courte période où le corps a changé.

Ce changement doit être accepté, mais il a aussi un effet encourageant.

En quelques semaines, le sens du goût et de l’odorat reviendra progressivement.

Déjà 48 heures après la dernière cigarette, on constate une amélioration

Rhume

En cas de rhume, le sens du goût, mais surtout de l’odorat, est sensiblement restreint.

Le liquide inhalé peut difficilement être attribué à une saveur particulière.

Il est généralement recommandé de s’abstenir de fumer pendant la phase de maladie.

Ceux qui ne veulent toujours pas s’en passer devraient boire beaucoup, réduire la teneur en nicotine et choisir un liquide rafraîchissant comme le menthol.

Tout simplement parce que

Peu importe ce que fait notre corps, parfois nous ne pouvons pas vraiment comprendre ce qui se passe à l’intérieur.

Il ne doit donc pas nécessairement s’agir d’une des raisons mentionnées ci-dessus.

Une carence en vitamines ou en zinc peut également en être la cause.

Tant que les symptômes disparaissent après quelques jours, vous n’avez pas à vous inquiéter.

La cigarette électronique, néfaste aussi pour la bouche

Une équipe de chercheurs du Centre médical de l’université de Rochester, aux États-Unis, après avoir mené une étude scientifique afin d’examiner l’effet de la cigarette électronique aux niveaux cellulaire et moléculaire, a découvert que “vapoter” était aussi mauvais pour les gencives et les dents que fumer des cigarettes normales.

Dans le cadre de leur étude, les chercheurs ont exposé des tissus de gencive humaine, issus d’une personne non fumeuse, à des vapeurs de cigarette électronique.

Ils se sont aperçus que lorsque les vapeurs atteignaient les tissus, les cellules qui le composent libéraient des protéines inflammatoires qui aggravaient le stress cellulaire.

Ce stress peut potentiellement causer des dommages aux cellules, et mener à plusieurs maladies de la bouche.

“La quantité et la fréquence auxquelles sont vapotées les cigarettes électroniques déterminent l’étendue des dommages portés aux gencives et à la cavité buccale”, a expliqué l’auteur principal de l’étude, en commentant les résultats.

Les chercheurs ont également découvert que les agents de saveur utilisés dans les cigarettes électroniques pouvaient eux aussi endommager les cellules de la bouche.

Le coauteur de l’étude a ajouté : “il est important de se rappeler que les cigarettes électroniques contiennent de la nicotine, et que la nicotine contribue comme nous le savons aux maladies des gencives.”

La vapeur tue les cellules beaucoup plus vite

Dans une autre étude, une équipe de l’université Laval, à Québec, a découvert qu’un grand nombre de cellules de la bouche mouraient en quelques jours après avoir été exposées en laboratoire à de la vapeur de cigarette électronique.

Les chercheurs ont exposé des cellules épithéliales de gencive, qui constituent la première ligne de défense contre les agressions microbiennes, à de la vapeur de cigarette électronique.

Pour simuler au mieux ce qui se produit dans la bouche quand on vapote, ces cellules ont été placées dans une petite cavité contenant un liquide similaire à la salive.

L’équipe s’est aperçue que le pourcentage de cellules mortes ou mourantes, qui est d’environ 2 % dans des cultures de cellules non exposées, a atteint 18 %, puis 40 %, et enfin 53 % après respectivement 1, 2 et 3 jours d’exposition à la vapeur de cigarette électronique.

Bien que les effets à long terme n’aient pas encore été étudiés, l’auteur principal de l’étude avertit : “les dommages subis par la barrière de défense de la bouche peuvent faire augmenter le risque d’infection, d’inflammation et de maladies gingivales.

Sur le long terme, ils peuvent également aggraver le risque de cancer.

La vapeur augmente la croissance des bactéries buccales

Le vapotage n’est finalement pas si candide ! En effet, une récente étude canadienne a mené une expérience in vitro qui a consisté à exposer des cultures de bactéries Candida albicans à la vapeur de cigarettes électroniques et à mettre à l’abri de ces vapeurs d’autres cultures de ces mêmes germes.

Les résultats sont les mêmes que les cigarettes soient avec ou sans nicotine.

Ils démontrent que :

Les cultures exposées présentent une croissance de la taille de la bactérie mais aussi de son caractère pathogène : Une augmentation de la croissance de C. albicans a été observée avec les cigarettes électroniques par rapport aux cultures non exposées.

À la suite d’une exposition à la vapeur de cigarette électronique, C. albicans a produit des taux élevés de chitine.

Les cigarettes électroniques ont également augmenté la longueur de C. albicans. Exposé à la fumée de cigarette électronique, C. albicans a mieux adhéré aux cellules épithéliales” ;

Plus inquiétant encore, les chercheurs canadiens ont prouvé que les cigarettes électroniques augmentent l’expression de différents gènes  appelés “les protéases aspartiques sécrétées” ou SAP  SAP2, SAP3 et SAP 9) contribuant à la croissance et à la virulence de Candida albicans.

Reconnaître la candidose buccale

La candidose buccale est une infection fréquente provoquée par un champignon appelé Candida albicans.

Cette bactérie est présente en temps normal dans la flore de la bouche, sans provoquer d’infection.

Toutefois, si ce germe prolifère, il provoque une mycose.

Cette mycose peut se manifester par :

  • De la fatigue
  • Un muguet : la langue et les joues deviennent rouges, s’assèchent et se recouvrent d’un enduit blanchâtre.
  • Des douleurs au niveau des zones infectées
  • La glossite c’est à dire une inflammation de la langue, entraînant un gonflement et un changement de couleur et de forme. Dans les cas grave la langue peut devenir noir.
  • Les mycoses buccales -symptômes et traitements.